Salle de presse

26/10/2015

Un voyage aller et retour : la photographie de la femme “Más Morena » de Javier Hirschfeld à Gorée.

L’ile de Gorée accueille le vernissage de cette exposition qui réinterprète l’œuvre  de Julio Romero de Torres avec la femme sénégalaise comme protagoniste.

 

Le passé vendredi 2 octobre 2015 a eu lieu à l’île de Gorée le vernissage de l’exposition « Más Morena », série photographique de l’artiste de Málaga Javier Hirschfeld qui révise l’œuvre de Julio Romero de Torres, et photographie la femme más morena : la femme africaine.

 

Le maire de Gorée, Augustin Senghor, et l’Ambassadeur d’Espagne au Sénégal, Alberto Virella, ont presidé l’inauguration de l’exposition à 17 H à l’esplanade de l’embarcadère, qui a compté avec la présence du même artiste.

 

La série a voyagé dans des villes comme Séville, Málaga, Melilla, Cáceres, Córdoba, Cambridge ou Londres. Ce sera la première fois que sont montrées en Afrique les photographies que Hirschfeld a réalisées à Gorée en avril 2013 quand il a voyagé au Sénégal comme commissaire de Málagorée, un projet d’échange artistique hispano-sénégalais.

 

De cette manière la série pourra se voir dans le lieu d’inspiration et d’origine du projet. Un acte chargé de sentiment pour l’artiste qui de cette manière voit « accompli un rêve, en pouvant partager une série qui m’a donné beaucoup de joie avec les personnes qui l’ont rendu possible, qui lui ont donné l’âme ».

 

Más morena se compose de dix photographies où Hirschfeld réinterprète des peintures aussi représentatives de Romero de Torres que « La Chiquita Piconera », « La Buenaventura », « Las Hermanas de Santa María » ou « La Argentinita » avec la femme sénégalaise comme protagoniste.

 

L’œuvre de Hirschfeld, récompensée par SOS Racisme,  pose une expérimentation esthétique, un syncrétisme artistique et esthétique entre l’art européen et la culture et le style africain, en mettant dans le centre d’intérêt la femme africaine. L’artiste, qui a étudié l’Histoire de l’Art à Londres, montre intérêt spécial pour la représentation de la femme dans l’art, en particulier de la femme africaine, de même que les autres histoires de l’Art, spécialement la tradition de la photographie d’étude africaine.

 

Après avoir stimulé l’échange des artistes espagnols et sénégalais Málagorée, Hirschfeld a parrainé plusieurs expositions de l’artiste sénégalais Omar Victor Diop, à qui également il a proposé pour la résidence artistique dans La Térmica, Malaga.

 

De même, son œuvre artistique inclus la série, Once Ideal Senegal, une sorte de Sélection espagnole de Football made in Africa, Miguel de Moreno, Angelitos negros, ou Le Pixel protecteur sont d’autres séries dans lesquelles Hirschfeld réfléchi sur l’identité, la race, le territoire, l’immigration ou la globalisation.

 

Actuellement, l’artiste de Málaga, se trouve au Sénégal en cherchant et en produisant des Santas, projet dans lequel le rôle de la femme africaine dans la société, l’identité et la capacité de communiquer des différents tissus africains seront protagonistes. La série compte depuis le début avec l’appui de Cultura Dakar.

L’exposition, qui compte avec l’appui de Cultura Dakar, pourra être visitée jusqu’au 11 octobre à l’île de Gorée.