Salle de presse

12/07/2018

L’impact de la Coopération espagnole sur la période 2014-2017

Le mardi 10 juillet a eu lieu à Dakar la présentation du bilan de l’impact de la Coopération espagnole sur la période 2014-2017, présidée par le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, M. Amadou Ba, et par l’Ambassadeur d’Espagne au Sénégal, M. Alberto Virella.

 

Dakar, 10 juillet 2018.-Le mardi 10 juillet a eu lieu à Dakar la présentation du bilan de l’impact de la Coopération espagnole sur la période 2014-2017, présidée par le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, M. Amadou Ba, et par l’Ambassadeur d’Espagne au Sénégal, M. Alberto Virella.

 

La II Commission Mixte entre les Gouvernements du Sénégal et le Royaume d’Espagneportait sur une contribution espagnole de 32.7milliards de FCFA (50 millions d’euros) pour la période 2014-2017. L’Espagne a dépassé cet objectif en contribuant à hauteur de 33 milliards de FCFA (chiffres de 2017 provisoires).

 

Les deux secteurs prioritaires ont été la bonne gouvernance et la défense de l’État de droit et la promotion desopportunités économiques pour les populations les plus pauvres. Géographiquement, l’aide publique espagnole estconcentrée principalement dans lesRégions de Saint-Louis et Matam et la Région Naturelle de la Casamance.

 

Lors de laréunionune analyse de l’impact de la Coopération Espagnole et son alignement sur les axes principaux du premier Plan d’Actions Prioritaires du Plan Sénégal Emergent a été réalisée. De fait, la promotion de l’équité et de l’égalité de genre a été relevée comme l’un des principaux atouts de la coopération sénégalo-espagnole. Les exemples présentés montrent des résultats particulièrement satisfaisants en matière de renforcement des capacités de transformation de la production. 87% des personnes formées sont des femmes. On peut également observer des progrès importants dans l’introduction des techniques d’irrigation durable. 95% des personnes formées sont des femmesqui mettent en application des techniques d’irrigation durable dans leurs exploitations. Dans ce sens, 207 puits ont été construits pour l’irrigation.

 

Parmi les impacts en matière d’amélioration de la bonne gouvernance dans la Région Naturelle  de la Casamance,il convient de signaler une évolution significative des recettes fiscales dans les communes de Bounkiling et Tanaff (Sédhiou). L´un des instruments le plus répandu pour la mobilisation de recettes a été la construction de 37 souks dans les marchés locaux de Sédhiou. Durant la même période, 14 communes ont augmenté leurs recettes dans la région de Kolda et d’autres communes ont reproduit la démarche.

 

Il convient de soulignerégalement le travail réalisé avec le Ministère de la Gouvernance Territoriale, du Développement et de l’Aménagement du Territoire, grâce auquel, sur l’analyse des mêmes indicateurs objectifs, l’Administration communale peut identifier leurs forces et faiblesses pour améliorer la performance en matière de gouvernance. De même, ce rapport annuel de Mesure de Performance pourra servir de critère de référence pour l’allocation des fonds publics de l’Etat aux communes dans la plus grande objectivité.

 

En ce qui concerne l’amélioration du fonctionnement et de la qualité des services proposés par les collectivités locales, dans la région de Sédhioula Coopération Espagnole a contribué à la modernisation de 14 bureaux d’État Civil. La formation sur l’État civil et en archivages a été un objectif prioritaire. Dans ce sens, les interventions développées ont permis d’enregistrer plus de 100.000 enfants, de renforcer les capacités de 2.500 acteurs locaux etd’équiper 111 centres d’État civil ainsi que 312 mécanismes décentralisés de notifications des naissances.

 

Au cours de cette réunion, le soutien historique de la Coopération Espagnole à l’agriculture a été mis en avant.L’appui au programme des « Fermes Naatangué », programme phare du Plan Sénégal Emergent, a permis la modernisation de l’agriculture familiale, l’introduction des techniques d’irrigation durable à travers le  système de goutte à goutte et l’incorporation de panneaux solaires, l’amélioration de la sécurité alimentaire avec la réception de51 fermes (sur un total de 105), avec 18% de femmes bénéficiaires. Adapter les lois pour faciliter l’accès au foncier des femmes et des jeunesconstitue un défi pour leGouvernement du Sénégal.

 

Parailleurs, la diversification de la production a été prise en compteà travers l’introduction des activités d’élevage avec la construction et l’équipement de 318 poulaillers, de 475 bergeries, de 2 fermes piscicoles et de 155 étables. De plus, 496 personnes (52% femmes) ont été formées aux bonnes pratiques de production, gestion et santé animale.

 

Pour ce qui est de la lutte contre le changement climatique, la distribution de cuisines améliorés en 5.143 foyers a réduit la charge de travail de la femme, la pression sur les ressources naturelles et le 45 % de la consommation de bois dans la région de Kolda.

 

Dans la régionSaint-Louis et Matam, l’accompagnement de la Cellule de Lutte contre la Malnutrition a permis l’élaboration d’une Stratégie nationale de Communication sur l’alimentation des enfants. De même, grâce aux interventions menéesdans le nord du pays, 21.117 enfants ont été dépistés, soit 11,37% du total d’enfants de 6-59 mois à Podor et dans la région de Matam. Par ailleurs, le renforcement des capacités en matière de dépistage des enfants souffrant de malnutrition aiguë a été une priorité et a eu un impact positif sur la récupération dans 90% des cas diagnostiqués.

 

En ce qui concerne l’amélioration de la capacité de stockage des produits agricoles, la construction de 27 magasins d’une capacité totale de 16.420 Tn a permis la création d’une capacité de stockage de 46% du potentiel stockable dans la vallée du fleuve Sénégal (principalement à Dagana).

 

Des défis importants ont étérelevés,tels que l’augmentation des transferts des fonds de l’État aux collectivités territoriales pour l’exercice effectif des compétences transféréesetle renforcement de la systématisation et partage des données statistiques agropastorales fiables.

 

Par ailleurs, un grand nombre de leçons apprises ont été analysées, comme la nécessité d’associer le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan dans les missions de suivi organisées par la Coopération Espagnole etles Ministères sectorielles.

 

La participation active des institutions publiques, des organismes internationaux et la société civil montrent le dégrée d’engagement de la Coopération espagnole avec le Sénégal, pays prioritaire pour l’Espagne et partenaire stratégique.La négociation du prochain Cadre d’Association déboutera dans les prochains mois