AECID Sénégal

Zones d’interventions prioritaires

carte senegal

 

Durant la préparation du Cadre d’Association Pays (MAP) on a privilégié le procédé de concentration géographique, en réduisant le nombre de régions dans lesquelles intervenait l’AECID depuis son installation au Sénégal et en visant d’un point de vue géographique la concentration en leur sein, en fonction des critères de niveau de pauvreté et de potentiel de contribution aux objectifs de développement du pays.

 

Une attention spéciale sera portée sur la coordination des acteurs et des interventions autour de l’approche territoriale et de la promotion des synergies entre les deux orientations stratégiques en poursuivant les efforts en direction de la promotion du développement économique local. Une meilleure articulation sera établie entre les acteurs déconcentrés des ministères sectoriels et les acteurs locaux et municipaux de la décentralisation.

 

Niveau d’incidence nationale

Les différents  secteurs de l’administration publique étant tous concentrés dans la capitale, ainsi que la plus grande partie de l’économie et les centres de décision politiques, Dakar est l’endroit naturel où se déroule le dialogue des politiques avec le Gouvernement du Sénégal et où sont arrêtées et impulsées les politiques de portée nationale.

 

Régions et Zones de concentration

 

Région de Saint-Louis

Dans cette région des actions seront impulsées en direction des orientations stratégiques priorisées dans le MAP, en recherchant une continuité et une cohérence avec les actions mises en œuvre dans la Commission Mixte. Il faut signaler l’importante présence d’acteurs de la coopération espagnole dans la région où présentement se déroulent des programmes de grande envergure de la coopération andalouse.

 

Une plus grande concentration d’actions sera encouragée dans le département de Podor, dont les indices sociaux et économiques sont sensiblement inférieurs à ceux des départements de Saint-Louis et Dagana.

 

Le département de Podor enregistre dans quelques indicateurs des niveaux alarmants surtout dans l’incidence de la malnutrition, avec une prévalence de la malnutrition infantile aigue avec un taux de 16,7 % en 2013. Par ailleurs, l’impact des crises cycliques qui se produisent au Sahel atteint des niveaux d’insécurité alimentaires similaires à ceux des zones voisines de Mauritanie.

 

Sur le plan nutritionnel, les interventions devront dépasser la simple division administrative et agir dans les zones voisines dans la région de Matam, compte tenu de l’important groupe de population nomade qui se dédie au pâturage.

 

Région naturelle de Casamance : Régions de Ziguinchor, Sedhiou et Kolda.

Située dans la partie Sud du pays, la région naturelle de Casamance est composée de trois régions administratives : Ziguinchor, Sédhiou et Kolda. La configuration socio-économique de ce territoire provient du long conflit qui a motivé une orientation de la CE vers une réinsertion économique et sociale de la population victime du conflit.