AECID Sénégal

Qui sommes-nous ?

L’AECID

L’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID) est une entité de droit public logée au Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération à travers le Secrétariat d’Etat à la Coopération Internationale et pour l’Amérique Latine (SECIPI).

 

Comme le stipule la Loi 23/1998 du 7 juillet de Coopération Internationale au Développement, l’AECID est l’organe de gestion de la politique espagnole de coopération internationale au développement, et elle a pour objet, aux termes du Statut de l’agence Espagnole de Coopération Internationale au Développement, la planification, la gestion et l’exécution des politiques publiques de coopération au développement, destinés à la lutte contre la pauvreté et l’atteinte d’un développement humain durable dans les pays en voie de développement, surtout ceux figurant au Plan Directeur en vigueur chaque quatre ans.

 

La lutte contre la pauvreté constitue l’objectif final de la politique espagnole de coopération internationale au développement. C’est une partie de l’action extérieure de l’Etat et elle est basée sur une conception interdépendante et solidaire de la société internationale.

 

L’AECID au Sénégal

Le Bureau Technique de la Coopération est opérationnel au Sénégal depuis l’année 2004 et fait partie de l’Ambassade d’Espagne dans ce pays. Son rôle est la gestion, l’identification, le contrôle et le suivi des projets et programmes de coopération au développement dans le cadre des compétences de l’AECID et la coordination des actions que réalisent les différents acteurs de la Coopération Espagnole.

 

La deuxième Commission Mixte de Coopération, signée  le 2 décembre 2013, marque  le commencement d’un nouveau cycle de coopération. Dans cette nouvelle étape,  la relation entre les deux pays se consolide avec l’élaboration d’un document stratégique commun : le Cadre d’ Association Pays Espagne-Sénégal, qui établit un consensus pour les priorités des secteurs de coopération pendant la période 2014-2017. Ces priorités sont la consolidation des processus démocratiques et l’état de droit, ainsi que la promotion des opportunités économiques pour les plus pauvres.